Fère-en-Tardenois < Aisne < Picardie
Une cabane perchée dans l'arbre, une nuit dans une maison de hobbit: un havre de paix pour passer un moment agréable en couple à 1h30 de Paris et 35 min. de Reims.
Bon cadeau - Le Nid Dans Les Bruyères

Musée Mémoires

Le Cimetière américain du Bois Belleau (souce wikipedia)

 situé à Belleau dans le département de l'Aisne.

Il est géré par l'American Battle Monuments Commission.

Ce cimetière, d'une superficie de 21,25 ha, est situé au pied de la colline sur laquelle se trouve le Bois Belleau où beaucoup de ceux enterrés dans le cimetière perdirent la vie. Fondé lors de la Première Guerre mondiale par les services américains d'enregistrement des sépultures, ce cimetière temporaire était connu comme le cimetière n° 1764 - Belleau Wood du corps expéditionnaire américain. Lorsque le congrès autorisa, en 1921, son maintien en tant que l'un des huit cimetières permanents de la Première Guerre mondiale en terre étrangère, un accord fut passé avec le gouvernement français garantissant la jouissance des terres occupées à perpétuité, à titre gracieux sans aucun impôt ou taxe.

Le cimetière a la forme générale d'un "T". La chapelle domine légèrement la barre transversale du "T" formée par les deux carrés de tombes, ceux-ci se déployant en un léger arc convexe de part et d'autre de l'allée centrale. Ils sont dominés par deux mâts porte-drapeaux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_am%C3%A9ricain_du_Bois_Belleau

 

Le cimetière américain de Seringes-et-Nesles se trouve sur la commune française de Seringes-et-Nesles, à environ trois km à l'est de Fère-en-Tardenois et 26 km au nord-est de Château-Thierry, dans le département de l'Aisne en Picardie.

Ce site de 36,5 acres contient les tombes de 6 012 soldats américains tués au combat dans les environs pendant la Première Guerre mondiale ainsi qu'un monument pour 241 Américains qui ont donné leur vie pour leur pays et dont les restes n'ont jamais été retrouvés.

Parmi les soldats qui ont perdu la vie figure le poète Joyce Kilmer.

Le première classe Eddie Slovik, seul soldat de l'armée américaine à avoir été fusillé pour désertion durant la Seconde Guerre mondiale, le 31 janvier 1945, fut aussi enterré là jusqu'en 1987 ; date à laquelle ses restes furent alors rapatriés aux États-Unis pour être inhumés auprès de sa femme.